Chansons perdues…

Chansons perdues…

Dans ma tête ça ressemblait à du Arcade Fire, un truc un peu grandiloquent dans l’arrangement avec un soupçon de chœur mégalo et des synthés new age. J’imaginais bien la chose un peu sautillante, un chouia de General elektriks, une guitare en mode Nile Rodgers. Le tout surmonté par un texte un peu grave, fataliste mais pas triste avec l’exigence d’un Romain Humeau.
Vraiment, dans ma tête, je le sentais bien ce morceau.  Après l’écriture du texte, la recherche d’accords magiques et d’une petite mélodie efficace pour le refrain… est venu le temps de la réalisation. Je voulais que le mixage soit relativement abouti et que l’arrangement puisse être interprété par des musiciens live. Tant qu’à faire.
Bon j’aurais mieux fait d’aller faire un tour à Castorama. Histoire d’acheter une boite de « Serflex » pour me ligoter les doigts, ou des clous de tapissiers pour me les planter dans les yeux. Gentiment.
Je dois bien l’avouer : le résultat n’est pas terrible-terrible. Au final, j’ai un truc un peu gluant qui évoque du sous-Gaétan Roussel. Le titre s’appelle « Juste des ombres » car je le dis dans le refrain. Et trouver des noms de chansons pas trop débiles est un exercice périlleux. Aguicher sans trop dévoiler. Un mini strip-tease en guise d’apéritif. Rester dans l’évocation, la promesse. Un peu comme quand tu vas au restaurant. Quand tu prends un plat qui s’appelle « Cassoulet – frites », tu sais à quoi t’attendre. Par contre, des Cuisses de Nymphes désossées, petits grillons de Ris de Veau, œuf cassé et Sabayon d’Estragon, ce n’est pas tout à fait la même… cela sonne beaucoup plus mystérieux. De la subtilité.

Sur cette version « démo », j’ai enregistré la voix d’une traite. Hop. Une prise « martyre » si vous préférez. J’étais censé emprunter un vrai micro de qualité pour faire une prise de son de qualité, avec une voix plus juste et de qualité. Donc parfois je déraille un peu, ce n’est pas toujours très juste. Je vous épargnerai le contexte de l’enregistrement : faire des prises voix avec un enfant de 5 ans qui fait Spiderman sur vos murs n’est pas une tâche aisée. Enfin voilà le titre en question, je l’ai mis sur Soundcloud pour une raison ou deux. La première est que ce titre devait être le premier d’un mini-album qui en contenait cinq. Mais lorsque j’ai fait écouter des extraits à quelques proches, les retours furent assez mauvais… et de rage (après un apéro en fait), j’ai tout effacé. TOUT ! J’ai bravement supprimé une centaine d’heures de boulot !!
Il a fallu que je fasse un tri dans les données de mon disque dur externe vieillissant pour remettre la main sur des conversion mp3 de trois morceaux non aboutis  et le brouillon de la  pochette. Peut-être vous ferais-je écouter un autre extrait, beaucoup plus déprimant. Je vous laisse gambader gaiment sur mon Soundcloud, j’ai rangé ma chambre et laissé que quelques chansons. Celles qui comptent vraiment pour moi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *